Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
annetadame

annetadame

Après avoir partagé dans ce blog ses états d'âme durant la phase d'attente de parution de son livre, l'auteure nous raconte à présent avec dérision l'étape suivante : celle de la promotion !

Publié le par Anne Dejardin
L'annonce de Marie-Hélène Lafon

Hier, j’ai mis mon troisième article sur Annetadame. C’est un truc étrange car je n’en ai aucun retour. Personne ne laisse de commentaire, je n’en ai qu’un seul !

Pourtant quand je lis les articles du blog de Thierry à ma façon rigoureuse et méthodique, c’est-à-dire en commençant par retourner en arrière jusqu’à celui que je n’ai pas encore lu et ensuite en suivant l’ordre chronologique de leur mise en ligne, j’ai toujours envie de dire que c’est beau ou simplement merci, mais le dire. Et justement le blog le permet. C’est rapide, voire instantané !

Pourquoi alors personne ne laisse-t-il de commentaire sur le mien ? Je n’aime pas la réponse qui me vient. Hop, dégage toi, direction la poubelle. Et surtout penser à la vider !

Alors qu’hier à la dernière page du livre que je lisais, page qui m’a prise par surprise et je pense qu’en une vie de lectrice assidue cela ne m’était jamais arrivé… Il faut dire que je n’avais pu m’empêcher de reprendre le livre que je venais de poser avec l’intention de le laisser pour l’endormissement du soir. Ce moment de basculement auquel je ne peux me résoudre seule, sans l’aide d’une présence amicale dont les livres m’ont de tout temps tenu lieu… Ce livre et ses quelques dernières pages auraient été parfaitement à leur affaire à l’heure du marchand de sable, mais j’avais eu beau tenter de me raisonner, j’avais fini par passer outre mes incitations à ne pas et je m’étais avec une double délectation (celle d’enjamber mes trop sages résolutions avec la sensation de croquer le fruit défendu) plongée dans ce livre, bien décidée à poursuivre ma lecture jusqu’au bout.

C’était le second livre d’une auteure que je ne connaissais pas et dont la découverte avait suscité en moi une admiration sans bornes et un constat : la littérature, c’est ça ! Mais en même temps m’était venue une interrogation : qui peut avoir envie de lire ça ?

Bref je lisais et je me délectais et beaucoup moins bientôt que le livre serait presque fini car il ne me restait que quelques pages dont je comptais bien savourer chaque mot. Tout à coup mon regard était arrivé en bas de la feuille et de l’autre côté il n’y avait plus rien. Au-delà de ce point… Je venais d’arriver à la fin et cet arrêt brutal et inattendu m’a été comme une trahison ! Il n’y avait eu aucune annonce de préparation comme une arrivée en gare ou un changement de voie et c’était presque trop tard pour les au revoir. Me restait l’envie de dire à l’auteure qu’elle était géniale et pourquoi ai-je pensé « presque meilleure qu’Annie Ernaux » ? Toujours ce vieux réflexe de classement scolaire si stupide. Mais cette envie n’était pas assez tenace pour seulement imaginer écrire une lettre et l’envoyer à son éditeur. « Folio », bien sûr, qui rend l’achat de livres abordable, mais avant cela il y avait eu « Chastel Buchet » et je ne le connaissais pas celui-là et j’ai eu l’idée de lui envoyer mon manuscrit, celui imprimé en trop, au cas où justement il y aurait eu un oubli, et que j’avais abandonné dans la chambre où personne ne dort, jeté sur le lit à l’abri de mes regards, puis j’ai pensé que cela me ferait repartir pour un tour dans le décompte des trois mois que je m’étais alloués avant de passer à la publication sur le net. J’aurais pu finir comme cela : avant de passer à l’autoédition, trouver toujours une nouvelle maison d’édition à laquelle je n’avais pas pensé envoyer mon manuscrit et y remédier et attendre trois mois et de trois mois en trois continuer à alimenter ce blog qui deviendrait pérenne et tant pis si personne ne le consultait du moment que je n’en étais pas informée puisqu’avant tout je voulais écrire, je devais écrire, je ne pouvais pas ne pas écrire…

Avec un blog, oui je reviens à nos moutons qui seront bien gardés, ah non c’est plutôt les vaches, veau, vaches, moutons, la cruche est brisée, pauvre Perrine, Perrette ou Perrine, c’est du pareil au même, avec un blog donc, Perrine ou moi, qu’importe, nous pouvons écrire et nos lecteurs peuvent aisément écrire « top » ou quelque chose d’aussi court s’ils ont aimé… Mais sur mon blog, ils ne le font pas ! Pas un commentaire, rien, nada !

Aurais-je donc besoin de retours ? Alors, ma petite Perrette, je vais te le dire, ce n’était pas bien malin d’y écrire à l’article précédent « Edition et contrepartie » à propos de ta détestation des commentaires que n’ont pas manqué de venir te faire les personnes bien intentionnées qui te connaissaient et qui avaient lu ton premier livre…

Et si ce blog était thérapeutique ? Perrine en voie de guérison ne fuira plus les commentaires…

Oh, j’y pense, vous allez y avoir droit un de ces jours à cet article ayant pour titre : « Vous écrivez ? C’est une sorte de thérapie, non ? »

Mais je m’égare, il me reste à vous inciter à laisser des commentaires sur mon blog où d’ailleurs je vous avais dans un élan altruiste proposé d’écrire vous aussi. Pour tous ceux qui n’ont pas testé les ateliers d’écriture de Madame Perrin, animatrice, qui grâce à des propositions ludiques et contraignantes détourne le mode de pensée habituel pour livrer la voie à l’imaginaire, à l’audace d’écrire, je vous en propose un avant-goût :

Prenez une feuille de brouillon et en vertical vous écrivez toutes les lettres de l’alphabet.

A…

B…

C…

Etc…

Ecrivez ainsi une liste d’adjectifs élogieux. 5 min d’écriture

Vous verrez que le C n’est pas simple et qu’il induit plutôt des adjectifs C…atastrophiques…

La proposition d’écriture est la suivante : …

Vous pensiez que j’allais vous la révéler ? Erreur ! Il s’agit d’écrire votre liste tout d’abord et sans connaître la suite évidemment.

Vous retrouverez donc la proposition d’écriture de Madame Perrin dans l’article suivant.

A la semaine prochaine !

Commenter cet article

DURET 13/07/2016 11:31

mais si ça les prend... après...

DURET 13/07/2016 11:27

dommage que ça ne prenne pas les retour à la ligne...

DURET 13/07/2016 11:26

j'ai fait l'exerciceuuuuuu!

LA PRÉCIEUSE CANTATE

Elle est rare donc très chère,
et d'autant plus chérie qu'elle est unique.
L'on pourrait à première vue
la qualifier de belle et d'admirable.

À la pratique se révèlent
sa joie désarmante, son talent inouï, sa grandeur savante
mais aussi, charmant ou navrant,
son sens de l'ordre, de la netteté, voire de la perfection,

Tour à tour précieuse, mélodieuse, fabuleuse,
ou dense, cohérente et intéressante,
et parfois hallucinante,
...toujours elle surprend.

Tendue comme un arc,
sa flèche est liberté, sa cible évolution,
elle est rare et je la chéris
car c'est la mienne et je n'en vivrai pas d'autre.

Françoise BOURGEOIS 22/06/2016 08:39

Ecris... écris... une thérapie et pourquoi pas ? Les mots prendraient soin des maux.
La proposition des adjectifs... fait renaitre en moi l'envie...

Thérapie ou non quel plaisir

Je commande le livre

Articles récents

ON EN PARLE

"Pour les adeptes de l'auto-édition dérision !!!" Lectures Familiales

 

"Une bonne dose d'humour dynamise ce récit de vie. Dès le départ, on sent que l'auteure maîtrise bien le jeu de l'écriture. C'est très plaisant et on imagine facilement ce récit à l'oral devant un public" The eden of books

 

"J'ai aimé l'originalité de l'écriture, son énergie, sa fantaisie, la beauté des images et des descriptions (...) Sans oublier les pages d'autoanalyse où j'ai retrouvé des notations de comportements universels d'une grande finesse. Bravo à toi, Anne !" Lire la suite

 

"Avec son nouveau livre, l'auteure "d'une vie normale" vous replonge dans le torrent de la vie. partez avec elle dans l'eau vive, dans les remous, les cascades, l'eau paisible... Laissez-vous emporter par son esprit virevoltant regardant sa vie en face, mais aussi la vôtre, qui s'écoule irrésistiblement vers la mer où se destinent toutes les vies."

 

"J'ai lu ce livre d'une traite, beaucoup de fraîcheur, de sensibilité, d'humour et on s'y trouve aussi souvent qu'on est au seuil de la retraite. merci à l'auteure, ce sont des pages qui font du bien."

 

"Un livre très personnel écrit avec beaucoup de poésie et d'humour. La musique d'une partie de vie avec ses fausses notes, ses rythmes et ses accords."

 

Plus d'avis par ici

 

Hébergé par Overblog