Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
annetadame

annetadame

Après avoir partagé dans ce blog ses états d'âme durant la phase d'attente de parution de son livre, l'auteure nous raconte à présent avec dérision l'étape suivante : celle de la promotion !

Publié le par Anne Dejardin
Au Winnibelle à Granville

Au Winnibelle à Granville

Il faudrait écrire l’expérience vécue hier. L’écrire pour en garder une trace, une trace sur laquelle l’inconscient ne pourrait pas venir déposer son empreinte, souiller la scène initiale, brouiller les pistes. L’écriture de ce moment équivaut à une mise sous scellés de ce qui a eu lieu.

Fany qui parle de mon livre, qui lit avec délectation des extraits, qui, comme moi et contrairement à tant d’autres lectrices, y a vu un livre drôle. Enfin… Fany qui malgré sa jeunesse s’est emparée de ce livre, qui en a trouvé l’écriture belle parce que, dit-elle, c’est cette écriture particulière qui rend cette histoire universelle à chaque moment. Fany qui conclura en disant à quel point d’autres livres, nombreux, publiés dans de grandes maisons d’édition, n’ont pas sa qualité et qui dit ces mots-ci que je dois écrire bleu sur blanc pour les lire quand tout dans ma tête hurlera qu’il serait plus sage de reboucher définitivement mon stylo plume, Fany qui dit à ces personnes assises devant nous au Winnibel pour la rencontre, venues parce que c’est Fany et qu’ils lui font confiance, elle dit en les regardant bien en face que c’est un livre qui mérite d’être lu, acheté, offert, parce que c’est un grand livre.

Je n’écris pas pour que l’on me dise cela. J’écris parce que c’est l’acte que j’accomplis dans ma vie et qui a un sens fondamental comme respirer en conscience ou aimer mon homme. J’écris parce qu’il ne m’est plus possible d’arrêter.

Je n’écris pas pour entendre les mots de Fany, ces mots-là, même si ce sont des mots qui écartent pour un temps de ma route les doutes harceleurs et soulagent un peu de l’épuisement que j’éprouve à les extraire d’on ne sait où pour les tendre à je ne sais trop qui, même s’ils furent la machette qui ouvre la piste de l’explorateur dans l’obscurité de la jungle, même s’ils furent les drapeaux brandis sur le passage du cycliste relégué à la fin du peloton, même s’ils sont plus autorisés du fait de celle qui les dit, toute en délicatesse, qui connaît et habite son métier de libraire, avec un sourire capable d’illuminer même les rares jours de grisaille de Granville, certes moins nombreux qu’ailleurs dans cette rue particulière qu’est la rue des Juifs ; ces mots, je me dois de les coucher là, dans ce carnet noir, bleu sur blanc comme les cabines de plage, ancrés solidement côte à côte comme de vaillants petits soldats, quel que soit la force du vent, ils seront là pour le jour où j’aurai besoin de me remettre en selle.

Un dernier "Détour" : rappel du 18 juin 2017.
Un dernier "Détour" : rappel du 18 juin 2017.

Commenter cet article

Marie-Christine 30/10/2017 20:15

Ton écriture s'envole, tes mots ciselés restent libres et ne se détournent jamais ! quelle merveille... je suis bouleversée...et si heureuse de ton bonheur d'écrire. Si le doute réapparait ici et là, il ne résiste pas à l'envol de ton amour des mots ou à ta tendresse... Merci Anne.

Je commande le livre

Articles récents

ON EN PARLE

"Pour les adeptes de l'auto-édition dérision !!!" Lectures Familiales

 

"Une bonne dose d'humour dynamise ce récit de vie. Dès le départ, on sent que l'auteure maîtrise bien le jeu de l'écriture. C'est très plaisant et on imagine facilement ce récit à l'oral devant un public" The eden of books

 

"J'ai aimé l'originalité de l'écriture, son énergie, sa fantaisie, la beauté des images et des descriptions (...) Sans oublier les pages d'autoanalyse où j'ai retrouvé des notations de comportements universels d'une grande finesse. Bravo à toi, Anne !" Lire la suite

 

"Avec son nouveau livre, l'auteure "d'une vie normale" vous replonge dans le torrent de la vie. partez avec elle dans l'eau vive, dans les remous, les cascades, l'eau paisible... Laissez-vous emporter par son esprit virevoltant regardant sa vie en face, mais aussi la vôtre, qui s'écoule irrésistiblement vers la mer où se destinent toutes les vies."

 

"J'ai lu ce livre d'une traite, beaucoup de fraîcheur, de sensibilité, d'humour et on s'y trouve aussi souvent qu'on est au seuil de la retraite. merci à l'auteure, ce sont des pages qui font du bien."

 

"Un livre très personnel écrit avec beaucoup de poésie et d'humour. La musique d'une partie de vie avec ses fausses notes, ses rythmes et ses accords."

 

Plus d'avis par ici

 

Hébergé par Overblog